Le cinéma de genre français

Parlons d’un sujet qui me tient à cœur: le cinéma de genre français. Ces films sont laissés pour compte, par la profession, et le public. Pourtant ce n’est pas le cas ni aux USA, ni ailleurs en Europe.


Pour commencer, vous pouvez aller lire mon article sur la définition du cinéma de genre. Pour des questions de diffusion compliqué à la TV et de maigres scores au box office, il est très difficile de monter un film de genre en France. Et pourtant, si l’Italie est la mère des giallos, la France est bien précurseure dans l’histoire du cinéma de genre.
George Méliès étant considéré comme le père du cinéma d’horreur (le Manoir du Diable, 1896).

Cercle visqueux

À l’époque où Wes Craven a relancé le slasher avec Scream, il y a bien eu une tentative de surfer sur la vague avec le mauvais Promenons nous dans les bois de Lionel Delplanque. Mais, cela a été un échec commercial.
Quelques réussites ont tenté de se faire connaître sur le grand écran: A l’intérieur de Julien Maury et Alexandre Bustillo, 2007, Frontières de Xavier Gens, 2008 ou encore Haute Tension d’Alexandre Aja, 2003. Ces films ont cartonné outre Atlantique et en festival. Mais pas en France. Le souci, c’est que ces films sortent sous peu de copies (de 30 à 100 pour les plus chanceux, quand des films dits “populaires” sont facilement à plusieurs centaines). Du coup, ils ne restent pas longtemps à l’affiche, car peu vus: le cycle infernal. Dans ces conditions, il est impossible de toucher beaucoup de spectateurs (A l’intérieur n’a réalisé “que” 70 000 entrées environ, Ils de Xavier Palud et David Moreau, 2006, lui a réuni 250 000 spectateurs).

Je vous conseille de voir un reportage de Canal +, sur le cinéma de genre en France: Viande d’origine française.

Mal aimé, il est le mal aimé

Qu’on se le dise, je n’ai rien contre les comédie, drames, etc…Il y a de très bons films comme de mauvais. C’est le cas aussi dans le cinéma de genre. Mais pourquoi ne les laisse-t-on pas exister? Pourquoi les considère t-on comme un genre “bis”? De plus, les films de genre nécessite souvent de budgets importants pour avoir de bons effets spéciaux, visuels…Or, là, personne ne veut les produire, donc ces films là apparaissent encore un peu comme des essais, avec les moyens du bord. Si un film de genre français a un budget de 2 millions d’euros (ce qui est très très peu comparé à un 11 millions du Prénom d’Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte (2011).
Par conséquent, ils ont du mal à être reconnus auprès des fans de films d’horreur, qui sont habitués aux films américains. Et il faut que ça marche auprès du public pour que les producteurs acceptent de soutenir un film. Donc paradoxalement, le public, qui pourrait aider le cinéma de genre français, l’enfoncent peut être encore plus…Bon après, on ne peut pas dire que la mauvaise qualité d’un film est uniquement dû aux effets spéciaux, mais ça joue énormément auprès d’un public habitué à des effets à gros budgets.

Il ne faut pas associer le cinéma de genre à uniquement le cinéma d’horreur ou d’épouvante. En effet, Luc Besson a fait largement sa part en réalisant des films comme Nikita en 1990, Léon en 1994.
Et puis, il ne faut pas oublier le succès du Pacte des Loups de Christophe Gans sorti en 2001. Aux allures de blockbusters, jouant la carte du film d’époque, il a su séduire.On peut noter également Les Rivières Pourpres 1&2, films réalisés par Matthieu Kassovitz en 2000 et Olivier Dahan en 2004. A la limite du polar classique, ces films sont pourtant proches d’un film d’horreur.

Un outil de réflexion

Le cinéma est utilisé pour évoquer, pour proposer une réflexion sur la vie, que ça soit à propos d’amour, d’amitié. Mais aussi de choses peu plaisantes comme la maladie, le décès, l’abandon, la souffrance morale…Pourquoi le cinéma n’aurait pas le droit (pire, pas d’intérêt) à évoquer la souffrance physique, les démons intérieurs, l’instinct de survie, la solidarité…?
Le cinéma de genre représente une expérience forte, dans laquelle on se projette sans danger. C’est de l’adrénaline sans risques.
Il est important d’avoir accès à la diversité dans la culture. On inonde les écrans de comédies françaises ou de drames. Point. Et pourtant le cinéma de genre ne demande qu’à exister: Djinns de Sandra et Hugues Martin (2010), le Village des Ombres de Fouad Benhammou. Mais aussi l’excellent Vertige d’Abel Ferry (2008), ou plus récemment Night Fare de Julien Seri (2016). On peut noter Horsehead de Romain Basset (2014), ou encore Aux yeux des vivants de Julien Maury et Alexandre Bustillo (2014).

La censure est une barrière de plus pour le cinéma de genre. Martyrs de Pascal Laugier en a fait les frais. Au départ interdit aux moins de 18 ans, après indignation, il a finalement été interdit aux moins de 16 ans. Le fait est qu’interdire aux moins de 18 ans un film, c’est le tuer avant qu’il sorte. Il est encore plus limité concernant ses diffusions dans les salles, il ne peut pas passer à la télé, ou une fois par mois à Canal…Tout simplement parce qu’il est dans la même catégorie qu’un film X. Si on veut mettre des interdictions sévères au cinéma de genre français, donnons lui des salles au moins pour le diffuser correctement…Qui a pu voir en salle les OCNI (Objets Cinématographiques Non Identifiés) de la française Lucile Hadzihalilovic? (Innocence, Evolution). On verra le destin qui sera réservé à sa Reine des Neiges.

Le cinéma d’épouvante français est tellement méprisé (et parmi par les amateurs du genre en lui même), que les réalisateurs sont sollicités par les américains pour réaliser des films sur leur territoire. Ainsi, Xavier Palud et David Moreau (réalisateurs de Ils) ont réalisé le remake de The Eye en 2008. Alexandre Aja a par la suite magnifiquement remaké La colline a des yeux (2006), puis a réalisé Mirrors. Christophe Gans a tourné Silent Hill, sorti en 2006 également.

Ce que je voudrais faire passer comme message c’est simplement que vous, amateurs.rices de films de genre, intéressez vous au cinéma de genre français. Il faut creuser un peu, mais regardez la programmation des festival de cinéma de genre (Festival Gerardmer, Festival Européen Film Fantastique de Strasbourg, PIFF, l’Etrange Festival etc..) et ça vous donnera des idées! Plus il sera soutenu, plus il aura les moyens de ses ambitions.

Share this:

1 Comment

Add Yours

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *