Aller au contenu

[Zoom] Les contes de la crypte (Tales from the crypt)

  • par

Hello boils and ghouls ! Récemment je suis retombée sur des épisodes de la série que j’adorais regarder quand j’étais plus jeune. C’était tellement bien que je m’en suis envoyé TOUS les épisodes.
Les contes de la crypte (Tales from the crypt) est une série d’anthologie sorti en 1986 aux Etats-Unis et qui a été diffusée en France en 1991 sur Canal+, puis à partir de 1993 sur M6.

Les contes de la crypte, série d’horreur-comédie comporte 7 saisons et 93 épisodes d’environ 30 minutes. Quasiment chaque épisode a la qualité d’un film, et 36 ans après c’est toujours aussi bien (à part quelques épisodes qui sont à la limite de The room niveau jeu d’acteur). C’est clairement une série de gens talentueux et passionnés, qui respectent le public, ce qui fait sa qualité et son succès. 

La bande dessinée comme origine : 

A l’origine William Gaines et Al Feldstein créent un triptyque de magazines publiés chez EC comics entre 1950 et 1955 : The vault of horreur, Tales from the crypt et The haut of fear. Dont les histoires étaient présentées par trois personnages respectifs : le Vault Keeper, le Crypt keeper, et the Old Witch.

Malheureusement le magazine est censuré en 1955 par le comics book code, un comité de censure américain, qui pensait ce type de littérature pouvait avoir une influence négative sur la jeunesse. Depuis, il y a eu des rééditions des titres de EC Comics, dans les années 60, 70 et 90. 

Pour en savoir plus sur la BD originale : https://www.youtube.com/watch?v=rvOg8dUzCZE

Les adaptations :

Les histoires de Tales from the crypt ont tellement marqué le public, qu’on compte pas moins d’une vingtaine d’adaptations à ce jour (et oui !) en films, séries, dessin animé, BD etc…

1 – Le film Tales from the crypt (1970) avec Peter Cushing (Sherlock Holmes). Réalisé par Freddie Francis, directeur de la photographie sur Elephant man et Dune (David lynch) et Les nerfs à vif, qui réalisait en parallèle des films d’exploitation horrifiques. 

2 – Puis en 1972, The Vault of Horror avec Tom Baker (interprète du 4ème Dr Who). Réalisé par Roy Ward Baker qui a aussi réalisé Monster club (1981) et Les cicatrices de Dracula (1970) des films d’exploitation également. 

3 – En 1982 sort Creepshow, le meilleur film selon moi. Réalisé par George Romero d’après un scénario de Stephen King, avec des effets spéciaux de Tom Savini. King et Savini jouent même dans le film.

Composé de 6 contes, c’est un bijou de l’horreur kitsch de mon enfance. Très librement inspiré du comics original Tales from the crypt, le film incorpore très efficacement les codes de la BD pour créer une ambiance incomparable.

Nan mais regardez moi ce travail sur la lumière et les couleurs, c’est magnifique !

4 – Ce film a aussi été adapté en BD par la suite.

5 – Une suite, Creepshow II, sort en 1987. Cette fois ci, le scénario est écrit par Romero et Lucille Fletcher sur la base de nouvelles de Stephen King, et réalisé par Michael Gornick. Le film ne contient que 3 histoires, mais Tom Savini est toujours responsable des effets visuels. Malheureusement Creepshow 2 n’égale pas le premier…

6 – Le troisième volet Creepshow III, sorti en 2006 s’est fait sans l’équipe originale. Le film n’a pas la qualité des deux précédents volets malheureusement… Même l’affiche est dégueulasse.

Poster du film Creepshow vs Creepshow III

Il y a aussi trois films directement inspirés de la série Tales from the crypt, qui sont plutôt des épisodes étendus sur un format long : 

7 – Demon Knight (1995)  qui est plutôt bien, et a l’intérêt de mettre en avant une finale girl afro-americaine.

8 – Le second film Bordello of Blood (1996) qui est basiquement un Nanard avec des putes vampires.

9 – Et le dernier, Rituel (2002) une histoire de zombies qui n’a aucun intérêt (désolé Tim Curry).

Vous suivez toujours ?

10 – La série Tales from the cryptkeeper (Crypte Show en français) est l’adaptation en dessin animé de la série. Diffusée de 1993 à 1999 la série est destinée à un public plus jeune et à une vocation clairement moralisatrice. Les protagonistes sont basiquement des sales gosses, et le Creept Keeper va les transporter dans des situations horrifiques où ils vont apprendre une bonne leçon. 

Si vous avez plus de 30 ans vous avez probablement grandi avec des dessins animés horrifiques qui passaient sur M6 : Draculito, Creepy crawlers, Chaire de poule, Scooby doo, Doctor globule et Extrême ghostbusters.

11 à 13 – Il y a aussi des tentatives de jeux télévisés et émissions de radio mais je n’en parlerais pas car je ne les ai pas vus. 

14 à 16 – Le premier film de la saga Tales from the Hood sort en 1995. Composé de 5 petits contes, le film est clairement inspiré de Tales from the crypt. On y aborde frontalement les problématiques qui affectent la communauté afro-américaine, comme les violences policières. Elles sont illustrées dans le premier conte très cru mais malheureusement réaliste. C’est Clarence Williams the 3rd (Twin Peaks,Star Trek Deep space 9) qui interprète, non pas un cryptkeeper mais un directeur de pompes funèbres. Les suites de ce premier volet ne sont vraiment pas terribles.

17 – En 2014 la BD originale est elle aussi rebootée par l’ancien éditeur de Marvel Comics.

18 – En 2019 Shudder lance un reboot de la série, intitulé Creepshow comme les films, mais plutôt inspirée de la série Tales from the Crypt. Bien qu’elle semble s’adresser à un public plus jeune (on y voit moins d’entrailles et de boobies). La série est supervisée par Gregory Nicotero, responsable des effets spéciaux pour Evil dead 2 et 3 (Sam Raimi), L’antre de la folie (John Carpenter), Scream (Wes Craven), la série Masters of horreur et Austin Powers 3. Gregory Nicotero est un monsieur à qui on doit le respect. 

On voit dans quelques épisodes des hommages photographiques au film original, par exemple dans l’épisode Model kid.

Le meilleur épisode selon moi est Public Television of the Dead, épisode de la saison 2, qui propose un cross over étrange mais cool entre Evil Dead et Bob Ross 🎨🌳🌈. Si vous ne connaissez pas Bob Ross, éduquez vous.

19 – Heavy Metal Comics a publié une nouvelle BD, mais je ne sais pas si elle est inspirée de la série de 2019 ou si ce sont des histoires originales. La BD reprendrait le même format que la série, à savoir deux histoires dans un épisode.

20 – Au moment où j’écris cet article vient de paraître l’info : pour Halloween, en 2022 sortira une nouvelle série de comics intitulée Creepshow, on ne sait les encore si la BD sera liée à la série de 2019.

21 – La série qui ne vit jamais le jour : En 2015 M. Night Shyamalan’s annonçait qu’il allait faire une série “Tales From the Crypt”. Mais après des années cauchemardesques de préproduction, la série n’a jamais vu le jour.

21 – La série Les contes de la crypte : diffusée de 1986 à 1996. Probablement l’adaptation la plus connue en France car elle a été diffusée sur M6.

Le succès des contes de la crypte

Beaucoup de scénaristes, réalisateurs et acteurs ont contribué au succès de la série. Ces créateurs passionnés ont pris le genre et le public au sérieux et nous ont offert une série de qualité qui tient toujours la route en 2022.

Les acteurs des contes de la crypte : 

Côté acteurs et giga stars on peut reconnaître : Bill Paxton (Game over man !), Brad Dourif, Ewan McGregor, Joe Pesci, Malcolm McDowell, Steve Buscemi, Whoopi Goldberg, Teri Hatcher, Demi Moor, Patricia Arquette, Tia Carrere (schwing !) et bien plus… 

Les réalisateurs des contes de la crypte : 

Nombreux épisodes sont réalisés par de grands noms du cinéma : Robert Zemekis (il à fait 3 épisodes), Arnold Schwarzenegger (et ouais !), Michael J Fox, Tobbe Hooper (Massacre à la tronçonneuse), Tom Hanks, Richard Donner (Les goonies), Tom Holland (celui qui a fait Chucky pas Spiderman), …

Sur 93 épisodes, on constate une richesse de réalisation avec des codes de genres différents : roman noir, murder mystery, documentaire camera à l’épaule en mode Cops, un épisode en mode boucle temporelle, des scientifiques fous, des vampires, des zombies, du vaudou… Et des tentatives d’humour avec le Crypt keeper qui introduit et clos chaque épisode avec une petite mise en scène en rapport avec le thème de l’épisode et des jeux de mots. Dans certains épisodes on voit des prouesses techniques comme un deep fake de Humpfrey Bogart, un épisode tourné en caméra subjective.

Les scénaristes des contes de la crypte :

Le succès de la série repose aussi sur des scénarios solides de : Fred Dekker (qui à aussi écrit pour Star Trek), Alan Brown (récompensé pour la série comique SNL), Frank Darrabont (Shawshank, La ligne verte,The walking dead), Peter semant (Qui veut la peau de Roger Rabbit), et sûrement plein d’autres que je ne connais pas.

Bande son originale : 

Le thème musical de la série est composé par Danny Elfman (avant qu’il fasse du R’n’B pour 50 Shades of Grey…RIP)

Effets visuels et spéciaux : 

Côté effets visuels, c’est Kevin Yagher qui a créé l’animatronique du Crypt keeper. On le connaît surtout pour son travail sur Chucky et Freddy. Et c’est Brock Winkless qui était le marionnettiste principal (il fallait parfois jusqu’a 6 marionnettistes selon les besoins d’animation). Brock Winkless était aussi le marionnettiste de Chucky. Fun fact, Yagher a utilisé les yeux bleus de Chucky pour le Crypt keeper.

Au total, pas moins de 50 spécialistes des effets visuels ont collaboré à la série : Scott Weeler (300, Star Trek, US), Greg Cannom (The mask, Benjamin Button, et jury dans la serie-competition de makeups FaceOff), Alec Gillis (Starship troopers, La mort vous va si bien, X files). Mais il y en a plein d’autres dont une dizaine (seulement) de femmes.

Si vous voulez en savoir plus : 

https://www.youtube.com/watch?v=4QGU6JDv8Lk

Les contes de la crypte c’est aussi un regard sur la société 

Attention cette partie contient des spoilers !

En plus d’être fun et kitsch, Les contes de la crypte sont aussi des contes moraux sous forme de comédie-horrifique. Les protagonistes vont commettre des actes malveillants avant de se voir punis dans des twist jouissifs pour le spectateur. Mais ne vous y trompez pas, dans cette série ce ne sont pas toujours les méchants qui sont punis et les gentils qui sont sauvés, car dans sa vision il n’y a pas de gentils et de méchants, il n’y a que des choix et des conséquences…

Les thèmes récurrents sont le mensonge, la jalousie, le meurtre, le vol, le sexe, les luttes pour la reconnaissance ou le pouvoir… Bref des thèmes encore d’actualité, profondément humains et donc un reflet de notre société. Voici dans le désordre quelques épisodes basés sur nos plus mauvais penchants :

Luxure et mensonge : 

The sacrifice avec Michael Ironside (Starship troopers) : un épisode consacré au triangle amoureux qui nous parle du triptyque « amour-mensonge-trahison ». 

Split personnality avec Joe Pesci (Les affranchis, Maman j’ai raté l’avion) : un arnaqueur qui se fait passer pour un jumeau pour pécho des jumelles se voit déchiré par l’indécision. 

Colère et vengeance :

On a dead man chest : un musicien se retrouve avec le tatouage d’une femme qu’il déteste, tue la femme et fini par se dépecer, recréant son meurtre et finissant littéralement rongé par la haine.

Only sin deep : une jeune femme vend sa beauté et sa jeunesse pour séduire un homme riche et fini par dépérir. On n’échappe pas à ses dettes si facilement. 

Envie, impatience, jalousie et convoitise :

Forever ambergris avec Steve Buscemi : tu ne convoiteras point la femme de ton collègue et tu ne tueras point ton collègue pour pécho sa veuve… 

Abra cadaver : une histoire de vengeance être deux frères médecins. L’épisode à un ton un peu cartoonesque qui fait penser à Réanimator.

Avarice et manipulation : 

Death of some salesmen : un commercial qui ment aux femmes pour coucher avec elles et qui n’hésite pas a arnaquer des mamies, va finir par mourir entre les mains de Tim Curry.

Dead wait : Whoopi Goldberg en prêtresse vaudou punit un homme qui est venu voler une perle précieuse.

Orgueille et gloire personnelle :

Dead right : Demi Moore épouse un homme pour son argent, le méprise et fini par en payer le prix.

Télévision terror : on y voit un présentateur pompeux se faire malmener dans une émission de chasse au fantôme.

Paresse et négligence : 

The New Arrival : un psychologue en perte de notoriété veut se faire un coup de pub en utilisant une famille. Trop persuadé de son tallent il pense qu’il a déjà résolu le problème, ne cherche pas vraiment à aider qui que ce soit et cause sa perte.

—————————————————————–

Voilà pour l’excavation des Contes de la crypte. N’hésitez pas a voir ou revoir la série de 1986 et les films Creepshow et Tales from the Hood

Et si vous aimez la série, vous aimerez peut être : Twilight zone, le reboot de twilight zone des années 80, le reboot de twilight zone de 2019, Au delà du réel, Masters of horror, Masters of science fiction, Fear itself, Channel zero, Room 104, Into the dark, Bloodride, X-Files, Inside n°9

Good night boils and ghouls ! 

Share this:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *